05 49 29 69 69 - Contact

Dominique LARDIN

Vous organisez ce samedi 09 septembre un cross-country urbain, pouvez-vous nous présenter cette épreuve en quelques mots ?
Il s’agit d’une compétition ouverte aux 17 ans et plus, licenciés ou non, qui se déroulera sur un circuit de 5 km autour de la Place Flandres-Dunkerque à Thouars. Il y aura une épreuve de 2 heures pour les licenciés, FFC et autres fédérations, dont le départ sera donné à 14h et une autre avec une durée de 1h30, pour ceux qui ne sont licenciés dans aucune fédération, qui démarrera à 14h40.
 
Qu’est-ce qui a incité le club à mettre en place cette nouvelle épreuve ?
Déjà, je voudrais remercier Hervé CHAUVIN qui en est à l'origine et qui a beaucoup œuvré sur ce projet. Ensuite, cette compétition de VTT urbain a été créée en complément de la soirée « Fiesta Color » qui a lieu sur le même site, après notre épreuve. La « Fiesta Color » est une marche festive avec jet de peinture en poudre. Plus de 500 personnes sont attendues pour cet événement.
Le Vélo Club Thouarsais souhaite promouvoir le VTT sous toutes ses formes et être à l’initiative de nouvelles formes de compétitions. Le VTT urbain connait un essor important dans certains pays et nous souhaitons développer cette pratique qui attire de plus en plus de personnes, que ce soient les jeunes, les compétiteurs, ou les pratiquants en loisir.
De plus, la Ville de Thouars, de par sa topographie et son patrimoine, offre un contexte idéal. Cette nouvelle discipline permet de valoriser à la fois notre club et notre territoire. Le programme de la journée est complété par plusieurs animations. De 13h30 à 14h30, il y aura des animations pour faire découvrir le VTT aux jeunes avec le concours des jeunes vététistes de Mauzé-Thouarsais. De 14h à 18h, Elie BOUCHET, 10ème d’une Coupe du Monde, animera une démonstration de VTT Trial. A 18h, ce sera la « Fiesta Color » et à 21h, il y aura un concert.
 
Une épreuve VTT en ville, même si ce n’est pas une nouveauté, cela reste original. Expliquez-nous l’intérêt de ce type de format.
Habituellement, on recherche essentiellement les chemins dans la nature pour la pratique du VTT en compétition. Là, l’épreuve empruntera principalement des jardins, des ruelles, des escaliers, des passerelles, des rues pavées. Ce contexte donne une dimension spectaculaire, ce qui accroit l’attractivité du grand public et permet de faire découvrir le VTT sous d’autres formes. C’est un moment important pour faire découvrir et promouvoir notre club.
                                                 
Pouvez-vous nous parler du circuit et de ses principales spécificités techniques ?
C’est une compétition unique sur notre département. Il s’agit d’un circuit de 5 km dans les rues et les lieux emblématiques de Thouars tels que le Parc Imbert, le Square Flandres Dunkerque, St Médard, les ruelles du vieux Thouars, ou la Prairie des Ursulines.
Par exemple, dans le Parc Imbert, les concurrents auront de nombreuses marches à descendre et un dénivelé important avec 15 % dans la côte de Crevant. La Place St Médard offrira des rues pavées et des ruelles. Ensuite, le circuit comporte de nombreuses montées, ce sera spectaculaire car il n’y a pratiquement pas de parties plates. Cela représente environ 200 m de dénivelé par tour, soit 1000 pour l’épreuve de 2 heures.
 
Combien de participants attendez-vous ? Et parmi eux, avez-vous déjà quelques noms de pilotes « réputés » à nous communiquer. Vous avez aussi au sein de votre club des vététistes capables de faire une belle prestation …
Nous espérons 80 vététistes, et notre club sera représenté par une dizaine d’éléments avec les frères DAMIENS qui viennent de se classer 6ème en duo sur le parcours des 9000 de la Transmaurrienne, disputée sur 6 jours avec un niveau international. Nous aurons Romain GARREAU et Sonia JEANNEAU en tandem mixte, mais aussi Jérémy BERITAULT, Mathieu CHARRIER, Alexis CHAMPION, Theo JEANNEAU, Newton BLINDE. Quelques compétiteurs du Team Vendée seront présents, mais la liste est loin d’être complète et nous espérons que les meilleurs vététistes de notre région seront présents sur notre épreuve.
 
L’épreuve est réservée aux 17 ans et plus (à partir de junior), avez-vous déjà dans l’idée de l’ouvrir aux jeunes dans les prochaines années ?
Nous avons beaucoup de demande de la part de jeunes qui sont très intéressés par la formule et nous réfléchissons à l’ouvrir aux jeunes l’an prochain, avec peut-être en complément une épreuve XC par élimination.
 
Au niveau de l’organisation, combien de bénévoles seront de « service » ce samedi et quelles ont été les principales difficultés pour la mettre en œuvre ?
La principale difficulté est évidement la sécurité avec la circulation et les piétons. Nous avons travaillé pour sécuriser au maximum la course, avec le concours de la ville de Thouars qui nous est d’un grand soutien, notamment pour tout ce qui est matériel.
Nous avons mis en place des déviations, des rues seront fermées à la circulation, et nous avons prévenu les riverains avec des tracts dans les boîtes aux lettres. Pour vous donner une idée, il y aura 55 bénévoles « signaleurs » pour assurer la sécurité sur le circuit avec un responsable par secteur équipé de radio, 2 motards trial pour ouvrir la course, la sécurité civile pour l’assistance médicale, 1 speaker, et nous serons 10 dirigeants du club pour l’organisation.
Au niveau matériel, ce sont 50 barrières pour fermer les rues, 200 mètres de rubalise, des panneaux de déviation, une structure de démonstration avec buses, tourets, palettes…, 2 stands parapluie sur le parcours.
Pour ce qui est des installations, nous aurons une salle pour la remise des dossards et le vin d’honneur, des sanitaires avec douches et WC, et une zone de lavage des VTT.
Enfin, nous avons prévu 36 récompenses car il y a 12 catégories, soit 12 podiums.
 
Au sein de votre club, la section VTT est plutôt récente, comment cette activité s’est mise en place puis développée ?
Il y a une demande pour la pratique du VTT en compétition, malheureusement il y a très peu de compétitions dans notre région et surtout il y a peu de moyens mis pour développer la discipline. Ceci étant, nous sommes convaincus que pour attirer les jeunes à notre sport, il faut passer par le VTT, car aujourd’hui, tout le monde a un VTT pour aller à l’école et faire des balades.
Il est bien plus facile de lancer une école de VTT puisque cela demande moins de moyens aux parents. L’achat d’un vélo traditionnel est très souvent un frein au développement du cyclisme sur route chez les jeunes. L’aspect ludique d’un sport en pleine nature plait également beaucoup aux jeunes générations. De plus quelques anciens routiers reviennent à la compétition par le VTT, un exemple dans notre club avec les frères DAMIENS qui font les beaux jours de notre club, aussi bien sur route qu’en VTT, mais qui étaient venus, au départ, essentiellement pour faire du VTT.
 
C’est donc pour vous un moyen d’être attractif auprès des jeunes et d’attirer encore plus d’adhérents ?
Oui bien sûr, c’est aussi pour cela que nous organisons le VTT urbain, pour faire connaitre les différentes disciplines. Le club doit être à l’écoute des jeunes générations et adapter ses moyens à la demande. Je pense en particulier aux épreuves VTT par élimination qui ont la cote actuellement.
                                   
Au sein de votre club, vous proposez donc la pratique de la route et du VTT, estimez-vous ces disciplines complémentaires ?
Le VTT est forcément complémentaire et permet de détecter les champions de demain, il suffit de regarder au niveau professionnel. Combien de coureurs professionnels sont arrivés par le VTT ? Le meilleur exemple est Peter SAGAN. De plus, les compétiteurs aiment pratiquer plusieurs disciplines et après quelques années, ils font un choix.
 
Cela nécessite d’avoir l’encadrement nécessaire, à la fois disponible et compétent ?
Aujourd’hui, c’est le point noir, un véritable sujet de réflexion au club. Nous avons des Brevets Fédéraux mais nous n’avons pas de bénévole disponible donc nous cherchons. C’est pour cette raison que, cette année, nous avons mis notre école de vélo en stand-by.
Pour le VTT, une démarche est en cours pour recruter un éducateur pour l’encadrement du mercredi et nous sommes en finalisation d’un accord de partenariat pour le samedi avec le club de Mauzé, qui a déjà une école VTT qui fonctionne. L’idée étant que Thouars assure l’encadrement le mercredi et Mauzé le samedi.
 
Comment sont organisés les sorties et les créneaux d’entrainement ?
Les sorties ont lieu le mercredi et le samedi à 14 h pour la pratique du VTT. De plus, le club a signé une convention avec un propriétaire pour la mise à disposition d’une ancienne carrière ce qui permet de travailler en toute sécurité.
Sur route, des sorties pour les juniors-seniors sont mises en place le mercredi, samedi, et dimanche avec un départ du local du club.
 
Proposez-vous également d’autres actions telles que des stages, ou des déplacements sur des compétitions ?
Au niveau du VTT, les compétiteurs participent régulièrement aux manches du challenge du Comité Pays de la Loire et à quelques raids VTT tels que Les Monts d'Arrée, La Transvolcanique, La Transmaurienne, ou le Roc d’Azur.
Pour la route, nous essayons de faire un stage d’avant-saison, en général sur la côte basque au mois de février. Au niveau du club, nous avions prévu un programme de courses mais les aléas ont fait que nous ne sommes pas parvenus à faire une équipe comme on le souhaitait. C’est pour cette raison que nous avons mis en place des ententes de clubs.
 
Votre club est également ouvert aux personnes en situation de handicap, pouvez-vous nous en dire un mot ?
C’est essentiellement Eric SAVARIT qui en est la cheville ouvrière, c’est lui qui a lancé ce projet car cela lui tenait à cœur. Le club dispose de 3 tandems pouvant accueillir des non-voyants et des personnes en situation de handicap. Actuellement, nous avons 2 non-voyants qui sont assidus et une personne qui a des ennuis physiques. Ils font 2 à 3 sorties par semaine, et il faut avouer que pour l’un d’entre eux, qui a 15 ans, cela lui fait un bien fou. Ce sont des gens qui ne connaissaient pas du tout le vélo. Et, comme ils ne connaissent pas la compétition non plus, nous allons les emmener au trophée Handisport à Montlouis-sur-Loire en octobre. Il y a des têtes d’affiche comme Tony Gallopin et Jérémy Roy qui sont invités, des amateurs renommés et des athlètes handisport. J’y participais auparavant, j’ai d’ailleurs gagné 2 fois, en tirant un coureur handisport, et donc je souhaitais leur faire découvrir.
Au club, le but serait d’accueillir un compétiteur handisport dans les années à venir.
                              
Le Vélo Club Thouarsais a été créé dans les années 1930, quels sont les principaux faits marquants et les coureurs qui ont influencé l’histoire du club ?
Le club a été créé en 1931, exactement, par Mr GACHET. L’an dernier, nous avons fêté les 85 ans du club, et je suis le 24ème président !
Au départ, il y avait 2 anciens qui couraient souvent avec les professionnels, Alfred BERTRAND et Maurice CLOCHARD. Ensuite, il y a eu des coureurs importants. Nous avons eu des champions de France avec Eric CHARRIER et Patrice COSSARD. Ce dernier est le Conseiller Technique Sportif du Comité Régional Pays de la Loire. Il a encore des attaches à Thouars, ses parents y habitent, et il demande régulièrement des nouvelles du club.
Nous avons eu Philippe MOREAU, qui a gagné la Vallée de la Loire sous le maillot Thouarsais, Nicolas CROSBIE qui a été licencié au club à l’époque où Thierry DECHEREUX était président, ou Christian ARDOUIN qui a été professionnel. Et aujourd’hui, nous avons Erwan DESPEIGNES et Sylvain DECHEREUX, formés au club et revenus cette année.
Le VC Thouars a eu également de belles organisations, comme le circuit des Deux-Sèvres dans les années 1930, le Grand Prix de l’Etoile, créé en 1959, qui était une épreuve de 150 km minimum et qui est devenu par la suite les Trois Jours Amis, une course par étapes au début des années 1980.
 
Vous avez évoqué les retours d’Erwan DESPEIGNES et de Sylvain DECHEREUX, rendus possibles suite au rapprochement entre les comités départementaux des Deux-Sèvres et de la Vienne. Quel est votre vision par rapport à cette collaboration entre les 2 entités et qu’est-ce qu’apporte au club le retour de ces 2 coureurs ?
Erwan et Sylvain prouvent ce que le club sait faire, à savoir former des jeunes. Ils sont les deux locomotives du club et nous tirent vers le haut. Quand j’ai proposé leur retour, tous les membres du bureau étaient d’accord !
Si nous avons pu faire revenir ces coureurs, c’est grâce au rapprochement entre les 2 comités et à l’équipe de Division Nationale 3, le Team Poitou, car ils peuvent être au club et continuer à participer à de belles courses. Avec cette équipe, cela nous permet aussi d’accueillir des coureurs du plus jeune âge et de les accompagner jusqu’en 1ère catégorie, en tout cas, pour ceux qui désirent goûter au haut niveau.
Financièrement, nous n’avons pas les moyens de mettre en place, seul, ce type de structure, donc ce rapprochement est un plus. Cela peut-être une rampe de lancement pour un jeune de 19 ans, car devoir quitter un club, c’est compliqué, il y a toujours une période où tu gamberges un peu. Alors que là, ils appartiennent à leur club d’origine tout en côtoyant le haut niveau.
C’est vrai que le club a fait un effort pour le retour de Sylvain et d’Erwan, mais en contrepartie, cela permet à des jeunes comme Cameron AIRAUD d’avoir sa chance au sein de l’équipe de DN3, puisqu’il a été essayé sur certaines épreuves.
Pour les sélections de jeunes, ensuite, ce rapprochement est également intéressant car cela leur permet d’avoir une équipe qui tient la route et de pouvoir faire la course. Ils peuvent s’exprimer à un bon niveau et cela a vraiment fait du bien à certains de nos coureurs.
A ce titre, j’aimerais bien que d’autres clubs nous emboitent le pas car c’est une bonne chose.
 
Quels sont les projets ou vos ambitions pour le club dans les années à venir ?
Etant donné que nous sommes limités financièrement, on essaie de faire au mieux. Le but est de former une équipe au plus haut niveau possible. On devrait déjà pouvoir faire une équipe de 2ème catégorie l’an prochain puisque nous avons déjà plusieurs coureurs qui sont montés. Pour nous, l’objectif est de faire en sorte que les coureurs puissent courir à leur plus haut niveau possible.
Ensuite, nous avons l’objectif d’avoir au moins un coureur au sein de l’effectif du Team Poitou car les places ne sont pas données, il faut aller les chercher.
Enfin, on souhaite remettre l’école de vélo en route pour former des jeunes. Nous avons des enfants de 10-12 ans qui veulent courir donc on va faire en sorte que cela reparte.
 
Afin de mieux vous connaitre, racontez-nous comment vous êtes arrivé dans le cyclisme et quel a été votre parcours ?
Je suis natif d’Indre et Loire mais limitrophe du Maine et Loire et de la Vienne, ce qui fait 3 régions différentes : Centre, Pays de la Loire, et Poitou-Charentes !
J’avais un cousin qui courait en 1ère catégorie dans les années 1970, mais je suis surtout arrivé au vélo par le biais des copains. J’ai commencé à 15 ans en étant licencié à Chinon pendant 7 ans. A 19 ans, j’ai accédé à ce qui correspond à la 1ère catégorie aujourd’hui et  j’ai connu Michel THEZE, qui m’a fait gravir tous les paliers. Il a été mon seul et unique entraineur et il m’a permis d’aller jusqu’en équipe de France amateur de 1982 à 1986. J’ai notamment fait le Tour du Vaucluse avec comme équipiers Caritoux, Mottet, Barteau. Par la suite, j’ai couru 2 ans sous les couleurs de la Pédale Cinq Marsienne qui était un des grands clubs français à l’époque, puis 4 ans à l’UC Langeais, 3 ans à Orléans, et une année à Segré.
Je suis arrivé en Poitou-Charentes, au Cycle Poitevin en 1992 et j’y suis resté jusqu’en 1998. En 1999, j’ai levé le pied vis-à-vis des grandes courses et je suis allé à Thouars. Et depuis, j’y suis toujours et je m’y plais bien !
Je tiens à dire que je suis toujours resté bien avec tous mes dirigeants de clubs, et que je suis toujours en contact avec eux.
 
Vous avez connu le haut niveau, et même l’équipe de France, pendant  pas mal d’années, est-ce que l’on peut connaitre les grandes lignes de votre palmarès ?
J’ai gagné une étape au Tour du Loir-et-Cher devant des étrangers, deux courses par étapes, le Tour de la Porte Océane (devenue aujourd’hui le Tour de la Seine Maritime) au Havre en 1982, et les 3 jours des Mauges en 1989 avec le Cercle Gambetta d’Orléans.
J’ai gagné deux fois le Circuit de Gâtine et une fois le Tour des Deux-Sèvres, des épreuves en ligne à l’époque, ou encore le Bocage Vendéen.
Il y en a d’autres, je dois avoir 167 victoires, je crois. C’est à la fois beaucoup et peu par rapport à certains car je suis d’une génération où on courait beaucoup. Mais l’avantage, c’est que j’en ai eu des belles !
 
Comment êtes-vous ensuite devenu président du VC Thouars ?
Quand Eric SAVARIT et Fabienne DECHEREUX ont passé la main, il n’y avait aucun volontaire. On ne savait donc pas trop où on allait. Face à cette difficulté pour le club, je me suis dit que j’allais en prendre la présidence. Ce n’était pas du tout prémédité, ça m’a pris du jour au lendemain !
Il faut dire que je suis dans une famille où nous sommes tous « vélo » donc cela ne posait pas de problème au niveau de mes proches. Je suis toujours allé voir les courses le week-end donc au niveau de la présence sur les épreuves ce n’était pas un souci.
 
Aviez-vous une motivation particulière au moment de vous décider ?
Je n’avais pas spécialement envie d’être président mais j’ai passé 40 ans à courir grâce aux bénévoles. Comme j’avais du temps à donner, je voulais, en quelque sorte, rendre le temps que l’on m’a donné. C’est ce qui m’a poussé à être dirigeant, car au départ, ce n’était pas forcément ma vocation. D’ailleurs, je pense qu’il serait bien que certains anciens puissent faire comme moi, car il y a un manque.
Il faut aussi reconnaitre que nous avons un club où nous sommes tous une bande de copains, il y a une très bonne ambiance, ce qui m’a incité à continuer avec eux. Nous avons du monde pour aider, et l’avantage que j’ai en tant que président, c’est qu’il y a une équipe de dirigeants autour de moi.
Par exemple, pour la brochure du club, nous avons des bénévoles qui s’en occupent. Il n’y a pas besoin de leur demander deux fois, ils sont motivés pour cela. Et c’est le cas, dans la plupart des choses que nous faisons.

Dates du club
à retenir

09 septembre
Thouars
VTT Cross-country urbain
 
 
21 octobre
Brion-prés-Thouet
Duathlon
 
 
17 décembre
Thouars
Cyclo-cross
 
 
31 décembre
Brion-prés-Thouet
Cyclo-cross

Quel est votre regard sur cette fonction de président, avez-vous été surpris ou cela correspond-il à ce que vous imaginiez ?
En fait, je ne m’étais jamais imaginé président donc je ne pouvais pas savoir ce qui allait arriver ! Je dois dire que je ne suis pas seul, j’ai une équipe autour de moi. J’ai notamment Thierry DECHEREUX comme vice-président, qui a été à la tête du club pendant 8 ans. Je lui avais demandé conseil et lui avais demandé de venir avec moi pour pouvoir me soutenir. Eric SAVARIT est également resté au club, donc il m’aide aussi. En les ayant autour de moi, les surprises ont été moins grandes que si j’avais tout découvert tout seul.
Ce rôle est à la fois simple et difficile. Simple dans la mesure où je connais bien le milieu du vélo. A l’inverse, il y a des choses qui sont difficiles à gérer. Même des choses qui me semblent anodines au départ, peuvent devenir compliquer parfois avec certains.
Je n’imaginais pas non plus qu’il y avait une aussi grande responsabilité, notamment lorsque nous sommes organisateurs.
Personnellement, ce qui me pose le plus de soucis, c’est la recherche de ressources financières. Je ne suis pas issu du Thouarsais et ce n’est pas simple, c’est ma principale difficulté. Heureusement, cela est compensé par le reste du bureau. Et puis cela vient petit à petit, on va dire que j’apprends mon métier !
Mais je suis bien entouré. Nous avons même des anciens qui viennent également donner un coup de main ce qui assure une continuité au club et c’est important.
 

Commentaires

N'hésitez pas à laisser votre avis ...
(aucun)
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer