05 49 29 69 69 - Contact

Martine SOULAT

L’AC Châtelleraudais est très actif dès le début de saison, avec 2 week-ends d’organisation coup sur coup fin février, est-ce une volonté du club de mettre en place des épreuves très tôt ?
Concernant le Prix BMO à Châtellerault, il s’agit d’une organisation qui existait avant l’AC Châtelleraudais puisque cette épreuve a plus de 50 ans. Traditionnellement, cette course a toujours ouvert la saison cycliste dans la Vienne. De plus, cette date nous assure d’avoir un beau peloton.
Pour ce qui est des épreuves de St Christophe (Minimes, Cadets, et PC Open-PC), nous avons profité de l’avancée de l’ouverture de la saison par les instances fédérales pour décaler notre date qui était en concurrence avec l’épreuve d’attente cadets à Chauvigny.
 
Vous avez parlé de « beau peloton », nous pouvons dire que ces manifestations ont été un vrai un succès en terme de participants, non ?
Effectivement, nous avions 170 engagés pour le Prix BMO et près de 200 sur l’ensemble des 3 épreuves de St Christophe.
C’est un succès et une récompense pour toutes les personnes du club qui se mobilisent. Il est toujours plus agréable d’organiser dans ces conditions, surtout quand la météo est difficile comme cela a été le cas à St Christophe. Malheureusement, nous ne savons jamais si nous aurons du monde au départ, et c’est le lot de toutes les organisations cyclistes.
Après, il faut savoir relativiser, le plus important est que les manifestations se déroulent sans problème de sécurité et de résultats.
 
Pour les élus locaux et les partenaires, la sécurité et le monde présent doivent-être essentiels ?
Oui, ce sont 2 paramètres importants. A Châtellerault, il y avait environ 2 000 personnes et à St Christophe, commune qui compte 300 habitants, on a au moins doublé la population…
 
Nous savons que vous œuvrez beaucoup avec Michel SOULAT, le Président, mais nous supposons que vous avez également une solide équipe autour de vous. Pouvez-vous nous parlez de vos bénévoles ?
Tout d’abord, je précise qu’au club, tout le monde est bénévole et que nous sommes tous là pour faire avancer le cyclisme.
Pour ces épreuves, nous avions une équipe de 12 personnes pour installer, puis démonter, la ligne d’arrivée, avec notamment la mise en place des barrières et des banderoles. Ils sont tous habitués et bien rodés.
Il faut également des signaleurs. Il est vrai qu’il s’agit d’un rôle difficile, car tous les automobilistes ne sont pas conciliants, mais ils sont essentiels pour le bon déroulement de nos épreuves qui s’effectuent sur la voie publique. A Châtellerault, il y avait 30 signaleurs, et 15 à St Christophe.
Nous avions également besoin d’environ 12 personnes à l’échelon course : des chauffeurs pour les différents véhicules (arbitres, ouverture, balai, …) et des motards, et une personne pour les photos et la photo finish d’arrivée.
Nous avions prévu 2 personnes pour assister les 2 arbitres à la prise des dossards et 2 personnes à la buvette.
Michel, pendant les épreuves, gère le véhicule invités pour faire découvrir aux élus et aux partenaires la course de l’intérieur.
Pour ma part, je suis au podium et je m’occupe notamment de tout le secrétariat : avant, pendant, et après.
 
Vous organisez annuellement entre 25 et 30 épreuves, donc très peu de temps mort. De plus, il arrive que vous deviez préparer plusieurs organisations en simultané, comment parvenez-vous à gérer cela ?
Je dirais que c’est une question d’habitude, il faut être très organisé et très rigoureux. C’est quelque fois un peu lourd, mais une fois que l’épreuve est passée je n’y pense plus. Même si ça m’a demandé beaucoup d’heures et beaucoup d’effort, je pense à l’organisation des prochaines courses.
Et en plus de nos épreuves, on aide ailleurs, par exemple, dimanche nous étions une douzaine du club sur la Vienne Classic.
 
Le 13 mars, vous organisez une épreuve nationale réservée aux juniors (17/18 ans), pourriez-vous nous indiquer les grandes étapes pour mettre en place cet évènement ?
Cette manifestation se prépare plusieurs mois à l’avance car il s’agit d’une grosse organisation qui se passe en grande partie dans la ville. Il faut plus d’une centaine de personnes pour cette épreuve.
Il est difficile de déterminer les grandes étapes car je suis toujours sur plusieurs épreuves à préparer en même temps. J’ai un carnet, et dès que je pense à quelque chose pour une épreuve, je le note et je fais en fonction des priorités.
Mais pour vous répondre, il y a déjà du travail en amont. Tout d’abord, la recherche de partenaires et la recherche de signaleurs, pas loin de 100 personnes pour cette épreuve, qui sont gérées par le Président, et qui nécessitent plusieurs appels téléphoniques par jour.
Il y a aussi le dossier de déclaration à la Préfecture qui se fait 2 mois et demi avant. C’est un dossier de 18 pages qui demande notamment de prévoir les secouristes, le médecin, l’ambulance, les horaires, ...
Nous avons également fait 800 courriers pour avertir les riverains avec la date de l’épreuve, les horaires, le circuit, les cisaillements pour les passages.
Ensuite, 2 ou 3 jours avant l’épreuve, selon la météo, l’équipe qui gère le circuit, s’occupe de mettre en place le fléchage et les numéros au sol pour l’emplacement des signaleurs.
Le jour de l’épreuve, dès 7h30, les bénévoles chargés de la mise en place de la ligne récupèrent le matériel, puis commencent à monter les installations.
A 10h, une équipe refait le circuit pour mettre les barrières nécessaires et la signalisation kilométrique. Ensuite, les bénévoles et les arbitres déjeunent à 11h. La permanence ouvre à 12h pour la remise des dossards et des plaques de cadre avec un système de caution. Avant le départ donné à 14h, un contrôle des braquets est réalisé à l’aide d’une ligne tracée auparavant par les bénévoles.
A 14h, tout le monde se met en route jusqu’à l’arrivée qui est jugée vers 17h.
A 17h30, il y a le vin d’honneur avec la remise des coupes. Pendant ce temps, une partie de notre équipe démonte la ligne, récupère le fléchage, et procède au rangement qui est fait de manière très organisée. De mon côté, je m’occupe de tout l’administratif et notamment des résultats avec les arbitres.
Tout le monde se retrouve ensuite pour boire un verre et nous terminons vers 19h - 19h30.
Si on est organisés, tout se passe bien. Je dirais qu’un club, c’est comme une entreprise, il faut essayer d’avoir la même rigueur.
 
Depuis combien d’années cette course existe et quel est votre objectif à long terme avec cette épreuve ?
Dimanche, ce sera la 16ème édition, qui a toujours lieu sur le circuit des Championnats de France de 1993. Cette année elle sert de support au championnat de la Vienne.
L’objectif à long terme, c’est toujours de pérenniser l’épreuve car nous sommes sur un budget de plus de 5000 €. Et, si nos moyens financiers le permettent, d’accueillir un jour des équipes étrangères. Mais nous souhaitons conserver cette épreuve en catégorie juniors.
 
Comme nous sommes curieux, nous souhaiterions en savoir un peu plus sur vous, pourriez-vous nous parler de votre parcours en tant que bénévole ?
Avant le cyclisme, je n’ai jamais été bénévole dans le milieu associatif ou sportif. J’ai juste été parent d’élèves et j’aidais à l’école.
Dans les années 80, j’ai mis mon fils à l’école de cyclisme que dirigeait un certain Michel SOULAT. A l’époque c’était le Vélo Club Châtelleraudais où on m’a demandé d’être secrétaire adjointe. En 1993, lors de l’Assemblée Générale pour la fusion des 2 clubs châtelleraudais, le VC Châtelleraudais et la Pédale Châtelleraudaise, j’ai été élue secrétaire générale du nouveau club : l’Avenir Cycliste Châtelleraudais.
Quand j’ai commencé, il y avait très peu d’informatique et il fallait tout faire à la main. Depuis, l’informatique est venu nous aidé mais on se rend compte qu’on nous en demande aussi toujours plus : plus de papiers administratifs, plus de réunions, … Et puis, nous avons également de plus en plus de difficultés à trouver d'autres partenaires privés.
Ensuite, mon rôle d’organisateur m’a incité à être arbitre. En effet, pendant les organisations, j’étais toujours au podium et j’aidais notamment les arbitres lors des arrivées. Je suis donc devenue arbitre régional, dans un premier temps, puis arbitre national. J’officie depuis une dizaine d’années.
 
Pourriez-vous nous donner les principales épreuves que le club va organiser en 2016 ?
Pour nous, toutes les épreuves sont importantes, que ce soit des épreuves de jeunes ou autres. Toutes nos organisations sont mises en place avec le même sérieux.
 
C’est à tout à votre honneur, mais comme vous en organisez beaucoup, on ne va peut-être pas toutes les citer… Si vous deviez en retenir 5 sans compter la Nationale Juniors de ce dimanche 13 mars dont on a déjà parlé ?
Je dirais :
• le 12 juin : La Ronde Châtelleraudaise, une Cyclosportive
• le 26 juin : Marigny-Brizay, une épreuve Elite Nationale
• le 20 juillet : Nocturne à Châtellerault en 1ère catégorie
• le 17 septembre : Chrono Châtelleraudais à St Sauveur, un CLM individuel pour toutes les catégories
• le 26 novembre : un cyclo-cross en forêt de Châtellerault
 
Beau programme sportif, mais votre club est-également très actif hors compétition ?
Effectivement, nous organisons 2 lotos, un vide grenier, une journée « galette des rois ». Nous avons également un jumelage avec Velbert et Corby depuis une trentaine d’années. Nous avons une école cyclisme qui fonctionne tous les samedis après-midi. Nous avons des bénévoles qui aident dans les Ecoles et qui interviennent l’été auprès d’enfants qui ne peuvent pas partir en vacances.
Et nous organisons aussi 1 journée pour les dirigeants avec du vélo ou de la marche le matin, un déjeuner en commun, et une activité l’après-midi telle que la pétanque.
 
Nous ne pouvons pas parler de l’AC Châtelleraudais sans évoquer Sylvain CHAVANEL, qui est licencié au sein de votre club. Cela doit-être une fierté et une motivation supplémentaire pour les bénévoles d’avoir un tel personnage au club ?
Oui c’est une grande fierté pour tous. Sylvain est un exemple pour les jeunes, tant par son parcours que par sa simplicité. Il est toujours souriant, très abordable, toujours positif. Il est arrivé au club à l’âge de 12 ans et il a remporté sa 1ère victoire à Oyré l’année suivante en minime.
C’est un coureur que tout club voudrait avoir.
 
Même si son agenda est très chargé, parvient-il à trouver un peu de disponibilité pour vous aider et sous quelle forme ?
Sylvain a effectivement un agenda très chargé. Nous organisons certaines manifestations avec lui en fonction de sa disponibilité, comme la « galette » en début d’année, au cours de laquelle nous faisons notre présentation d’équipe.
Ses enfants sont à l’École de Vélo du club, et dès qu’il le peut, il vient rouler avec tous les jeunes, qui sont forcément impressionnés.
Il est aussi présent pour sa randonnée, pour le cyclo-cross, ou encore notre Assemblée Générale, il arrive à se rendre disponible pour le club.
 
Nous allons vous laisser retourner à vos organisations… Merci de nous avoir répondu et bonne saison à vous.
 

Commentaires

Nh'ésitez pas à laisser votre avis
(aucun)
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer