05 49 29 69 69 - Contact

Entretien avec MARJOLaine bazin

 Marjolaine tu as bientôt 30 ans et tu atteins vraisemblablement ton meilleur niveau ? Quand as-tu débuté le cyclisme en compétition ?
Et oui bientôt 30 ans, enfin dans quelques jours … J’ai eu mon premier vélo de route en 2011 et j’ai débuté la compétition en 2013, assez tardivement.
 
Tu pratiquais un autre sport auparavant ?
J’ai seulement fait du BMX de 9 ans à 15 ans. A cette époque-là, le BMX n’était pas encore très développé, c’était encore le début. Ensuite durant 10 ans, je n’ai quasiment fait aucun sport.
 
Tu pratiques maintenant le cyclisme à haut-niveau de compétition, on sait que le cyclisme féminin se développe mais peine à se professionnaliser : est-ce que tu travailles en parallèle ?
Oui j’ai réussi à atteindre un bon niveau en vélo, mais comme la plupart des filles je dois travailler en parallèle, je suis comptable. Donc mes entrainements sont planifiés en fonction de mes jours de repos, par conséquent, la récupération n’est pas toujours optimale.
 
Tu n’es pas originaire de Charente-Maritime, comment expliques-tu ta venue dans la DN17 ?
Je suis originaire de St Etienne, dans la Loire, et à la fin de l’année 2014, j’ai rencontré, sur une semaine d’enchainement de courses, Jean Christophe Barbotin, notre DS actuellement. Il m’avait parlé de son projet et l’ambition de faire évoluer la DN17, notamment avec un beau planning de course (coupe de France et courses internationales). C’est comme ça que j’ai signé pour cette structure de Charente-Maritime.
 
Quel est ton rôle au sein de l’équipe ?         
Au sein de l’équipe, j’apporte une bonne humeur je pense, je discute beaucoup avec l’ensemble des filles et l’encadrement notamment. Après sur le vélo, j’ai souvent ma carte à jouer sur l’ensemble des courses, nous roulons sans pression et sans rivalité entre les filles de l’équipe, c’est important.
 
Christelle FERRIER-BRUNEAU est arrivée dans l’encadrement de l’équipe, vous a-t-elle apporté un plus, peut-être sur le rôle de chacune en course?      
Oui, elle nous a accompagné en début de saison, notamment sur un stage hivernal ou encore à Pujols (Manche de Coupe de France). Elle a beaucoup discuté avec nous, ce qui nous a permis de bien nous mettre en confiance. C’est sûr que cela a été un plus pour l’équipe de profiter de son expérience du haut-niveau.
 
Du coup, l’équipe semble bien structurée, non ?          
Tout à fait, l’équipe est bien structurée. Les moyens humains sont plus que satisfaisants. Après au niveau financier, les moyens évoluent, mais il faudrait pouvoir les développer pour continuer à progresser.
 
Pour ta 2ème saison en Charente-Maritime, on remarque que tu as pris de l’ampleur de par ta régularité. A ton avis, qu’est ce qui explique cet enchainement de performance ?
Oui, en effet cette année, je suis assez régulière sur les courses, j’ai participé à 4 coupes de France et les résultats sont plutôt encourageants. Je me sens plus en confiance aussi dans le peloton international. De plus j’ai pris un entraineur depuis début Décembre avec qui j’échange beaucoup, cela m’a permis de progresser et de prendre un peu plus confiance en moi.
 
Qui est ton entraîneur ?
Mon entraîneur est Frédéric DUBESSET, il habite près de chez moi.
 
La DN17 Poitou-Charentes est actuellement leader de la coupe de France par équipe après 5 manches, et avec Daniela REIS vous trustez les 2 premières places au classement individuel : quels vont être les objectifs pour la deuxième partie de la saison ?
Pour ce qui est de la coupe de France, l’objectif est de conserver notre place de leader par équipe et bien évidemment le beau maillot rose au classement individuel au sein de l’équipe dans cette deuxième partie de saison.
 
Et sur le plan individuel, vas-tu avoir d’autres objectifs ?
Sur le plan individuel, j’aimerais bien figurer au championnat de France sur la course en ligne, quant au contre la montre je vais y aller sans pression mais quand même avec un petit peu d’ambition. Puis sur la fin de l’été, j’aimerais faire des beaux résultats sur les courses internationales …

Sur quelles épreuves par exemple ?
Je sais que nous allons courir le Tour International de Bretagne, le Tour de Norvège, et le Tour de l’Ardèche. J’aimerais bien faire un résultat sur l’une de ces 3 épreuves.
 
Comment vois-tu le cyclisme féminin aujourd’hui en France ?
Aujourd’hui, le cyclisme féminin se développe petit à petit en France, mais il n’y a pas encore d’équipe française permettant aux filles de vivre du vélo et donc de s’investir à 100% dans leur passion pour progresser.
 
Et au niveau du Poitou-Charentes, notre région est plutôt active pour le cyclisme féminin ?
C’est vrai que le Poitou-Charentes, par rapport à d’autres régions, s’investit beaucoup plus pour les filles, de par notamment la Division Nationale et l’équipe UCI. On sent que l’encadrement est important et professionnel ici.

Ta carrière est finalement assez « courte » pour le moment,  mais peux-tu définir quel est ton meilleur souvenir ?
Mon meilleur souvenir est très récent, il correspond à ma victoire sur la première manche de coupe de France à Chambéry cette année (13 Mars), avec une arrivée groupée je n’imaginais pas pourvoir gagner et finalement je me suis imposée ! C’était un grand plaisir et une bonne entrée dans la saison 2016.  
 
Tu penses continuer la compétition durant encore combien d’années ?
Je pense faire la saison 2017, pour la suite je ne sais pas du tout. Je ne préfère pas trop me projeter, cela dépendra de ma vie professionnelle et personnelle car je vais avoir 30 ans.
 
Quelle serait la course ou l’épreuve que tu rêverais de gagner ?
Le championnat de France.
 
Et en dehors du cyclisme, quel serait ton rêve ultime ?
Je n’ai pas de rêve particulier pour le futur, une petite vie tranquille avec un travail plaisant et une famille pour partager des bons moments !
 

Commentaires

N'hésitez pas à laisser votre avis
(aucun)
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer