Comité Régional de Cyclisme Poitou-Charentes
05 49 29 69 69 - Contact

Olivier COLLET

Vous avez organisé le Trophée de France des Jeunes Cyclistes du 01 au 03 juillet. Il s’agit d’une épreuve officielle majeure de la Fédération Française de Cyclisme qui concerne les jeunes. Pouvez-vous nous décrire rapidement cet évènement ?
Le Trophée de France, pour nous, c’était en quelque sorte le Championnat de France des Comités Régionaux pour les Jeunes Cyclistes. Les Comités régionaux participent avec une équipe de 6 filles et 6 garçons ayant de 9 à 14 ans et appartenant aux catégories pupilles, benjamins, et minimes.
Il y a 6 épreuves : mécanique en relais, les sprints de front à plusieurs, le cyclo-cross, un QCM sur le cyclisme, un contre la montre par équipe (3 équipes de 4 coureurs par équipe), et la route.
Il y avait également un défilé, qui ne comptait en rien dans le classement du Trophée de France, mais les équipes étaient tout de même notées sur leurs déguisements.
En terme de participation, nous avions 21 équipes, 20 équipes de Comités Régionaux et une équipe locale, le VC Rochefortais. Certaines équipes n’étaient pas complètes mais cela représentait tout de même 250 concurrents.
 
Comment vous est venue l’idée et l’envie d’organiser ce Trophée de France à Rochefort ?
Il y a à peu près 5 ans, j’ai participé en tant qu’encadrant au Trophée de France de Plougastel-Daoulas avec l’équipe du Poitou-Charentes. J’avais trouvé l’expérience formidable ! Formidable par rapport aux jeunes, mais aussi formidable par rapport à l’organisation qui avait été mise en place.
Et puis, un jour en faisant du vélo dans Rochefort, je me suis aperçu que nous avions un site idéal pour organiser un Trophée de France.
J’en ai ensuite parlé autour de moi, à Sophie, mon épouse qui a été intéressée, puis aux membres du bureau. Certains n’ont pas relevé et d’autres ont trouvé que c’était une super idée. Il y a 3 ans, nous en avons parlé sérieusement puis réfléchi pendant 1 an.
Ensuite, nous en avons parlé en dehors du club également. Par exemple à Gérard MORVAN, le responsable de la Commission Régionale des Écoles de Vélo, qui a porté notre projet en « haut-lieu ». Voilà comment le projet est né.
 
Pour se lancer dans une telle organisation, il faut certainement avoir un peu d’expérience, quel vécu aviez-vous par rapport à cela ?
Déjà, j’ai participé à trois Trophées de France. En plus de Plougastel-Daoulas, j’ai participé par la suite à ceux de Montoire-sur-le-Loir et Saint-Étienne-lès-Remiremont l’année dernière.
A travers ces participations, j’ai pu voir ce qu’il fallait faire et ne pas faire. Même si je n’étais sur place qu’en tant qu’encadrant d’une équipe, cela me permettait de voir le côté organisation et nous avons fait en quelque sorte un mix de ces 3 TFJC.
Ensuite au niveau expérience, nous avons fait en local le Trophée Régional des Écoles de Vélo à 2 reprises, et nous avons fait des manches du Challenge Régional, avec notamment une manche cyclo-cross et une manche piste. Même si ces organisations ne sont pas de la même ampleur, cela nous a quand même permis de corriger des choses. J’ai en tête l’exemple du cyclo-cross où notre départ n’était pas bon, donc ça nous a finalement permis d’améliorer certains détails.
 
Et en dehors de ces organisations sportives, aviez-vous d’autres expériences ?
Oui un peu puisque j’ai un travail qui suit l’évènementiel, je suis responsable d’une équipe qui gère les décors sur tous les évènements de La Rochelle. Donc planifier des choses, réfléchir, être force de propositions, ce sont des choses que je fais au quotidien. Avec l’organisation du TF, j’ai retrouvé certains aspects et je me suis inspiré de ma vie professionnelle.
Sinon, au niveau sportif cela ne m’a pas aidé, mais je suis au Velo Club Rochefortais depuis près de 10 ans et donc petit à petit on apprend et on voit ce que l’on pourrait faire.
 
Au-delà de l’expérience, il faut être bien entouré, tout le monde était motivé par ce projet au sein du club ?
Lorsque l’on a proposé notre candidature et que les choses se sont vraiment décantées, il y a eu une sorte de séparation dans le bureau. Certains ont vu une grosse opportunité pour notre club, à savoir, le faire connaitre, relancer notre École de Vélo, grandir, et puis faire des investissements pour l’avenir. Et d’autres, ne voulaient pas prendre de risque et préféraient davantage maitriser les choses. La scission s’est passée naturellement sans qu’il n’y ait de souci et nous nous sommes donc lancés à plusieurs. Malgré le retrait de certains membres du bureau, ils ont été présents pour nous aider le jour J.
 
Pouvez-vous donc nous parler de votre équipe plus en détail ?
Jérôme et Véronique CONOR ont été un peu touche à tout, force de propositions et ils étaient notamment chargés du côté marketing et de la restauration. Julien PINCÉ s’est occupé de la communication, élément important qui contribue à la belle réussite de l'évènement, et Fabrice BRIVADY a travaillé sur le démarchage de sponsors et la recherche de matériel.
Sophie, mon épouse, a géré le secrétariat, le relationnel avec les partenaires publics et l'hébergement, et elle a été épaulée par Sandrine D'HAUWERS. Il y avait beaucoup de rapports puisqu’à chaque réunion, on se fixait des objectifs.
Ronan BERNHARDT, Trésorier du club, s’est occupé de la trésorerie, accompagné par Fabrice BRIVADY car on a essayé de dissocier les 2 trésoreries.
Pierre-Olivier PINAULT, nouveau dans le club et tout de suite impliqué, nous a accompagné grâce à sa connaissance de l’évènementiel afin de nous aider sur les organisations extra sportives mises en place pour trouver des ressources financières complémentaires.
Michel MULLON, notre Président, qui nous a soutenu et encouragé, nous a aidé dès qu’il le pouvait, et a participé à toutes les réunions avec les institutionnels et les partenaires.
Pour ma part, je l’ai accompagné à toutes ces réunions et j’étais chargé de piloter toute l’organisation. J’ai aussi travaillé sur le côté démarche de sponsors et matériel.
Nous avons également pris un stagiaire, Maxence, qui nous a aidés pendant 2 mois et qui nous a soulagés un peu.
Il s’agissait d’une équipe réduite mais tout le monde a énormément travaillé.
 
Vous nous avez parlé de l’avant épreuve, et pendant les 4 jours combien de bénévoles étaient présents ?
Nous avions fractionné les bénévoles en 5 parties : "sécurité" pilotée par Michel MULLON, "organisation" pilotée par moi-même, "manutention" pilotée par Michel et moi, "hébergement" pilotée par Sophie COLLET, et "restauration" à la fois rapide et pour les athlètes, puisque tous les jeunes ont été servis à tables et en même temps, pilotée par le duo Jérôme CONOR / Daniel RICHER. Pour ce qui est du service à table et en même temps des compétiteurs, c’était un souhait de ma part par rapport à mes expériences passées de manière à assurer une équité entre tout le monde.
Pour ce qui est du nombre, nous avions à peu près 80 personnes par jour et un peu moins le jeudi, environ 50.
Je tiens d'ailleurs à remercier nos jeunes cadets (Kévin, Louis, Cédric, Aurélien, Marceau, et Erwan), junior (Charley) et féminines (Amandine, Coralie, Léa et Mélanie) qui ont été présents sur toute la manifestation.
Et je voudrais également souligner que les 2 anciens présidents du club sont venus nous aider pendant les 3 jours, et que des clubs voisins ont également participé. Le VCCO La Rochelle qui nous a emmené et prêté du matériel, la présence de Martine RICHARD, l’AC Macquevillois 17 avec du matériel et la présence de Sylvie et Fabien BERNARDIN et Bertrand VAN WONTERGHEM, et surtout le CC Vervant avec notamment Nadia et Éric GUYOMARD qui ont apporté une aide précieuse. Dès que j’avais un souci, je pouvais m’appuyer sur une équipe solide, sans oublier Denis et Natacha BENOIT, et cela a été très important pour la réussite de l'évènement.
Il faut vraiment remercier tous ceux qui sont venus nous aider spontanément. Le vélo doit réunir et non diviser et cela nous a fait très plaisir.
 
On vous a suivi tout au long de la mise en œuvre de ce Trophée de France, et nous avons bien compris que la recherche de partenaires a été une partie très difficile. Quel était le budget approximatif et êtes-vous parvenus à l’équilibrer ?
Le budget était aux alentours des 100 000 €, ce qui est conséquent. Concernant l’évaluation, il est encore trop tôt pour pouvoir effectuer le bilan définitif, nous avons encore des promesses qui devraient arriver et nous préférons rester prudents donc nous en saurons plus dans les semaines à venir.
 
Vos partenaires publics et privés ont-ils étaient satisfaits du déroulement de l’évènement et aviez-vous prévu des actions particulières pour eux ?
A priori, tout le monde semblait satisfait, même s’il encore un peu tôt, encore une fois, pour faire le bilan. Nous n’avons pas encore tous les retours, mais la Mairie de Rochefort par exemple, nous a fait parvenir un mail dès le lendemain pour nous dire qu’ils avaient été épatés par l’organisation et l’évènement. Ils ont notamment été marqués par le défilé qui a été une véritable réussite. Sur le retour du défilé, alors qu’il y avait les 50 ans des Demoiselles de Rochefort en même temps, Monsieur le Maire est venu chercher le cortège et il l’a amené en ville. Ce n’était pas prévu, nous avons fait le tour de la place sur laquelle il y avait un concert donc il y avait énormément de monde, et cela a été superbe.
Pour ce qui est des actions, nos partenaires ont été associés à la remise des récompenses lors du protocole, et certains élus ont suivi l’évènement de A à Z.
 
A la fin du week-end, tout le monde a reconnu que l’organisation a été parfaitement réussie. Cela doit-être une fierté pour votre club ?
Ce n’est pas à nous qu’il faut demander mais à ceux qui ont participé pour savoir ce qu’ils en ont pensé. Mais c’est vrai que Monsieur Henri LAFARGUE, responsable de la Commission Nationale, nous a dit qu’il serait difficile de faire une organisation aussi belle que celle-ci, donc cela fait plaisir et c’est une fierté pour nous. Nous sommes un petit club, en Poitou-Charentes, et on a essayé de montrer que l’on sait accueillir et recevoir.
 
Et pour vous au sein du club, cela a-t-il été une réussite et l’avez-vous évaluée ?
Déjà on a fait un repas le dimanche soir, il y avait 70 personnes qui sont restés et cela a été une très grande fête. Au final, même si nous avons beaucoup travaillé, on s’est dit que nous avions réussi.
Ce que l’on retient également, c’est qu’il n’y a pas eu un seul moment où on a entendu quelqu’un se plaindre. Il n’y a pas eu de souci entre les équipes, nous n’avons pas non plus entendu de reproches envers les membres de la Fédération, tout le monde était détendu, et c’est très important.
On a essayé d’être hyper organisés en amont, tout le monde a joué son rôle, et il n’y a donc eu aucune tension pendant les 4 jours.
Et lors du débriefing, nous avons essentiellement parlé de nos souvenirs. Tout le monde était satisfait, c’est vraiment un souvenir qui restera dans nos têtes même si cela demande beaucoup d’énergie.
 
Au niveau communication, qu’aviez-vous mis en place ?
France 3 a suivi l’évènement et nous avons eu 2 reportages, un avant et un autre après. Le reportage réalisé en amont a été diffusé en 2 fois avec une pré-alerte pour annoncer qu’il y aurait cet évènement à Rochefort et 3 jours après ils ont montré comment notre équipe s’entrainait et se préparait pour l’épreuve.
Nous avions également Sud-Ouest et une radio locale, Demoiselle FM, qui a fait une interview avant et venait faire des points info lors du Trophée.
Et enfin, nous avions créé un site Internet, une page Facebook, et effectué un peu d’affichage. Pour ce qui est de l’affichage, même si c’est de plus en plus compliqué, on pourrait encore améliorer et diffuser encore plus loin.
Le samedi et dimanche, nous avons eu pas mal de monde. Sur la course, il y avait du monde partout, nous n’avons pas pu comptabiliser mais c’est plus que satisfaisant. D’ailleurs, cela a permis aux exposants présents sur notre village de vendre et dans l’ensemble, ils étaient très contents eux-aussi.
 
Au niveau sportif, deux équipes « locales » ont participé à la compétition, la sélection du Comité Régional Poitou-Charentes et votre club, que peut-on retenir des résultats ?
Ce n’est pas facile de répondre car avec l’organisation, je n’ai pu suivre les performances que de loin. Pour ce que j’ai vu, le point fort de l’équipe du VC Rochefort a été la force collective. Individuellement, nous n’avions pas de « grosse pointure » et on le voit au niveau des épreuves puisque nous avons plutôt brillé sur les épreuves collectives telles que le CLM avec une bonne cohésion, ou le cyclo-cross en relais où il nous a simplement manqué un petit truc pour finir à la 7ème place. On avait travaillé, on savait ce qu’il fallait faire, mais après sur les épreuves individuelles, on a peu plus souffert et on est revenus à notre place. Mais nous avons battu des Comités, c’est inédit donc c’est bien pour nous.
Pour ce qui est de l’équipe du Comité Poitou-Charentes, il y avait plus des grosses cartes individuelles et cela a peut-être un peu moins bien fonctionné collectivement. Dès que la machine s’est un peu enrayée, en cyclo-cross ou en mécanique par exemple, cela est devenu un peu plus difficile. Mais par contre, certains ont fait des super trucs individuellement.
 
Du coup, au niveau individuel quels jeunes de la région ont brillé ?
La petite Maëlle BERNARDIN fait 3ème lors de l’épreuve route et 7ème de la vitesse, Raphaël DELHOMME termine 6ème de la vitesse et de l’épreuve route, et on peut aussi parler d’Ilona FEYTOU qui a fait 10ème de l’épreuve route. Ce sont de belles performances et c’est dommage que cela ait moins bien fonctionné au niveau collectif.
Et pour ce qui est de notre club, nous avons Léa HOUART qui s’est classé 9ème de l’épreuve route, et Julien BENOIT fait 10ème sur la route également.
 
Ce type d’épreuves peut permettre de révéler les champions de demain, est-ce que certaines performances ont  attiré l’attention ?
Il y a 2 jeunes qui me viennent à l’esprit notamment lors des épreuves route. Tout d’abord, Kristina NENADOVIC, minime fille du Comité Ile de France qui a fait une superbe course.
Et ensuite Pierre GAUTHERAT, minime garçon du Comité Franche-Comté, qui est parti tout seul au bout de 2 tours. Il a du faire 8 tours seul et il arrive avec plus de 2 minutes d’avance sur le 2ème.
On peut aussi noter pour notre région, Coline RABY qui était très forte mais qui a crevé au mauvais moment alors qu’elle venait d’attaquer et puis ensuite elle tombe. Mais elle avait attaqué 2 fois et elle faisait mal, et elle aurait pu être dans la partie haute.
 
Au final, c’est le comité Pays de la Loire qui l’emporte, comment jugez-vous leur performance ?
Collectivement, ils ont été impressionnants. Ils étaient forts dans tous les domaines et c’est pour cela qu’ils ont gagné le Trophée de France cette année. Dans toutes les catégories, de pupilles à minimes, on sentait qu’ils pesaient sur les courses. Même s’ils ont gagné de justesse, leur victoire n’est pas étonnante.
 
Au-delà du sportif, l’aspect éducatif est une notion importante du Trophée de France. Il y a par exemple le QCM, les jeunes arbitres, le classement par équipe, … Pensez-vous que cela apporte encore plus d’intérêt à cette épreuve ?
Personnellement, je trouve cela intéressant. Le QCM permet de mettre en avant le côté prévention et d’apporter une culture et de s’intéresser au vélo d’une autre manière. Et par exemple, lorsque France 3 est venu filmer, ils ont voulu mettre en avant cet aspect.
Le fait d’impliquer des jeunes arbitres, je pense que c’est une bonne chose. Aujourd’hui, il n’est pas simple de trouver des arbitres et peut-être que ces jeunes, le jour où ils arrêteront le vélo, ils continueront d’arbitrer.
La formule, telle qu’elle est, est très bien. Le CLM par équipe, qui a été ajoutée il y a quelques années, est une bonne idée également.
 
Quel bilan global tirez-vous de cette organisation ?
L’évènement que l’on a vécu, nous avons été contents de l’avoir fait et franchement, pas une personne n’a dit : « si j’avais su je ne l’aurais pas fait » donc nous sommes satisfaits.
Si nous avions eu un peu plus de moyens, on devait faire de la retransmission en direct en filmant avec des drones ce qui aurait apporté un plus. Mais c’est la seule chose que nous n’avons pas pu faire par rapport au projet initial, tout le reste a été réalisé donc c’est positif.
Nous avons tout de même fait des images à l’aide d’un cameraman ce qui nous a permis de mettre en vente des DVD, c’est une nouveauté et cela a bien fonctionné.

Dates du club
à retenir

17 juillet
Vergeroux - Challenge Ekoi Tour (Minimes/Cadets/PC Open-PC)

07 août
St Crépin - Challenge Ekoi Tour (Minimes/Cadets/PC Open-PC)

08 octobre
Breuil-Magné (Cyclo-cross)
Pour le club, pensez-vous que cette organisation peut apporter un plus en terme de renommée ou autre ?
On ne sait pas trop encore mais tout ce que l’on peut penser c’est que maintenant, lorsque nous irons voir nos partenaires publics, ils seront de quoi nous sommes capables. On peut espérer que l’on sera encore plus écouté et épaulé.
L’objectif pour nous en organisant ce type d’évènement, c’était de nous amener de la notoriété et puis de relancer une dynamique avec notre École de Vélo, d’avoir des minimes, des cadets, des juniors, des seniors, ou encore de pouvoir investir dans du matériel. En faisant de grandes organisations, on pense que cela peut nous permettre de développer le club et de lancer d’autres projets.
 
Vous parlez de projets, avez-vous dans l’idée d’organiser d’autres évènements majeurs dans le futur ?
Nous avons une idée mais nous ne savons pas si cela est possible. Pour l’année prochaine, nous allons poser une candidature avec le CC Vervant, puisque nous souhaiterions organiser les Championnats Régionaux de toutes les catégories sur 2 jours. Nous avons un site merveilleux, avec un circuit sélectif, et on voudrait mettre cela en place si c’est possible. L’idée serait de faire les minimes, cadets et juniors le samedi et les seniors le dimanche.
Le 2ème objectif, à plus long terme cette fois, nous réfléchissons à organiser, pourquoi pas, les Championnats de France de l’Avenir… Et si ce n’est pas possible, nous referons peut-être un autre Trophée de France d’ici 4 à 5 ans.
Maintenant, ce n’est pas parce que nous avons cela en tête que nous le ferons forcément mais on a envie d’essayer de faire des choses.

Commentaires

N'hésitez pas à laisser votre avis
Jean-Christophe ==> Commission Jeunes du Comité de Cyclisme de Lorraine a dit il y a 84 jours
Cette édition 2016 du TFJC a été formidable. Nous sommes arrivés dès le mardi soir, nous avons été accueillis chaleureusement par Sophie, Olivier COLLET et leurs deux filles. L'organisation était bien pensée, tout était prévu à l'avance, de ce fait le peu de questions que nous nous sommes posées ont trouvé des réponses rapides et efficaces, toujours dans la bonne humeur et sans précipitation. Tous les bénévoles, sur les sites des courses, au réfectoire, sur les stands... ont été plus ...
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer