05 49 29 69 69 - Contact

Gilles COTTINET

Comment s’est déroulée votre épreuve de VTT Cross-country à La Couronne le 20 mars ? 
Très bien, nous avions environ 220 compétiteurs des catégories Minimes à Seniors hommes et féminines. Nous avons réalisé 4 départs :
- à 10h : les minimes hommes et dames
- à 11h : les Masters open 30 / 40 / 50 et les juniors
- à 11h10 : les cadets, cadettes, et les dames
- à 13h30 : l’épreuve Élite avec les espoirs et les seniors
 
220 participants, cela doit-être une satisfaction pour vous ?
Effectivement, on espérait environ 150 compétiteurs, donc 220, c’est une grande satisfaction pour nous. Même si cela représente beaucoup de travail, c’est intéressant car le nombre de participants vient récompenser le travail accompli par toute notre équipe.
                                         
Vous dîtes « beaucoup de travail », cela représente quoi en quelques mots ?
Nous avions commencé 1 mois avant pour ouvrir de nouveaux chemins, 25 bénévoles ont été mobilisés pendant 3 jours : 2 journées pour le tracé du circuit et le jour de la compétition ; sans parler du montage administratif.
Mais il est vrai que nous avons un lieu qui s’y prête avec le terrain du moto club qui est idéal pour organiser.
 
Cette épreuve était inscrite dans le cadre du Massi Open Challenge XC 2016, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est ce Challenge ?    
Il s’agit d’un Challenge organisé par une association girondine présidée par Mr Ballion. C’est la marque Massi qui sponsorise ce Challenge.
Ils ont un site Internet qui est très bien conçu, et ils apportent une bonne aide au niveau de l’organisation puisqu’ils sont un véritable support technique.
Il y 9 manches dans la saison ce qui attire les vététistes. De plus, il y a des lots très intéressants.
 
C’est la 1ère fois que vous organisiez une manche du Massi, êtes-vous prêts à recommencer et pourquoi ?
Tout à fait nous serions prêts à recommencer car nous sommes très satisfaits. Si le bureau ne change pas, je pense que nous postulerons également l’année prochaine. Cela a permis de faire connaître le VTT sur La Couronne donc c’est très positif.
 
Le Massi Open Challenge XC permet d’attirer du monde, mais il y a peut-être  des contraintes particulières en contrepartie ?
Non, ils ne sont pas très exigeants. Nous devons simplement afficher leur pub sur la ligne de départ et d’arrivée. Nous pouvons tout de même faire apparaître nos partenaires sur le reste du circuit.
Il y a aussi une participation financière à leur reverser mais il faut dire qu’ils nous fournissent beaucoup de choses comme la rubalise. De plus, ils nous préparent les grilles de départ.
 
Pour situer le niveau de ce type de compétition, quels étaient les principaux pilotes présents ?
Nous avions un très beau plateau.
Tout d’abord, il y avait Thomas BONNET, vainqueur en Junior, qui a remporté une manche de Coupe du Monde et la médaille de bronze aux mondiaux de Cyclo-cross cet hiver.
Le vainqueur de notre épreuve, Maxime URRUTY, a terminé 12ème de la 1ère manche de la Coupe de France à Marseille.
Hugo PEYROUX, 1er en cadet, et  Emma TERRIGEOL, 1ère cadette, sont actuellement dans le Top 10 français de leur catégorie (respectivement 8ème et 10ème à Marseille).
Chez les féminines, nous pouvons citer la lauréate de notre épreuve, Audrey MENUT, qui a fait 10ème à Marseille également.
Voilà pour les principales individualités et j’en oublie...  Pour finir, j’ajouterai que nous avions également des gros teams avec le Team Scott Creuse Oxygène, le Team Veloroc-BHL VTT Argentat, et le Team Massi.
 
Concernant les résultats avez-vous des pilotes de votre club, ou éventuellement des pilotes de la région, qui ont fait bonne impression ?
Chez nous, nous avions Arnaud DE LAAT qui était bien placé mais il a été victime de malchance puisqu’il a crevé.
Concernant les pilotes régionaux, Valentin TERMENIERE (Destination MTB Race) a fini 6ème en Espoir. En cadet, 3 pilotes sont entrés dans les 10 premiers : Thomas GACHIGNARD (Destination MTB Race), fait 5ème, Raphaël DUPEYRON (Côte de Beauté Cyclisme) termine 6ème et Florian ROY (Côte de Beauté Cyclisme) prend la 8ème place.
Yannick SCELO de Côte de Beauté Cyclisme l’emporte en Master Open et Charles CLUZEAU du VCCO La Rochelle se classe 6ème en seniors.
Il y avait peu de pilotes du Poitou-Charentes, c’est dommage.
 
Vous nous avez parlé tout à l’heure de la 1ère manche de Coupe de France à Marseille. Votre compétition s’est déroulée une semaine avant, elle a pu servir de préparation à certains pilotes ?
Oui notre épreuve était très bien placée. En plus, nous avions un beau circuit assez varié. Il y avait pas mal de bosses, des parties roulantes, d’autres plus techniques. Nous avions beaucoup de single (partie étroite où l'on ne peut passer que un par un).
Et les pilotes ont vraiment apprécié même s’il reste quelques petites choses que nous pourrons encore améliorer.
 
Comment est-organisé la pratique VTT au sein de votre club ?
On a débuté depuis 5/6 ans, nous travaillons uniquement avec les Ecoles de Vélo, car nous avons peu d’éducateurs VTT. Nous proposons des sorties tous les samedis après-midi de 14 à 17h. Jusqu’à présent, il y avait beaucoup de balades, mais depuis cette année, nous avons commencé à nous spécialiser un peu et à travailler par atelier : trial, descente.
Nous allons également nous déplacer sur toutes les compétitions de TRJV (Trophée Régional des Jeunes Vététistes) de la région.
 
Vous parvenez à travailler la descente à La Couronne ?
Oui avec le circuit du moto club, nous arrivons à mettre en place des éléments pour travailler la descente. Pour le Trial, nous regardons ce qui se fait autour, notamment sur les TRJV comme à Bouteville, pour essayer de reproduire et de former nos jeunes.
Notre objectif est d’essayer de développer une vraie section VTT.
 
Le CO Couronnais a longtemps été considéré comme un club de « cyclisme traditionnel ». Depuis quand le club a lancé sa section VTT et pour quelles raisons ?
Pour ce qui est de la section jeunes, on va dire depuis 5 ou 6 ans. Nous l’avons créé car il y avait de la demande. En effet, nous étions une des seules Ecoles de Vélo du Grand Angoulême à cette époque.
Nous avons aussi été un des premiers clubs à organiser une randonnée VTT  avec la Rando du « Creux du Loup ».
Et cela fait plus de 10 ans que nous faisions déjà  faire du VTT à nos jeunes pendant l’hiver.
 
Combien de licenciés recensez-vous dans chaque section ?
Si nous comptabilisons les jeunes de poussins à cadets, nous avons 25 licenciés VTT et 47 en route.
 
Et pour ce qui est de l’encadrement ?
Nous avons une quinzaine d’encadrants dont 2 qui sont en train de se former en VTT. Pour le moment, ce sont plutôt des éducateurs ayant un diplôme Cyclisme Traditionnel qui se diversifient en allant vers le VTT. Mais nous sommes à la recherche d’éducateurs VTT avec pour objectif de développer une section adulte.
 
Quels sont les avantages et les inconvénients de proposer au sein d’un même club 2 types d’activité ?
Le seul inconvénient est qu’il faut parvenir à trouver des éducateurs pour chacune des disciplines. Pour ce qui est des avantages, cela permet de diversifier et de proposer autre chose aux jeunes.
De plus, les enfants ont déjà leur VTT, très peu ont un vélo de route, donc cela permet de les mettre à la pratique tout de suite.
Depuis que nous avons les 2 activités, il y a un petit peu moins de perte de licenciés. Mais la principale difficulté réside dans le fait de devoir déplacer les jeunes sur les compétitions. Les enfants sont de plus en plus demandeurs mais les parents sont plus réticents, et nous n’avons pas les véhicules nécessaires. Nous essayons donc de nous organiser en faisant du co-voiturage.
 
La Route et le VTT sont de plus en plus considérés comme des disciplines complémentaires (grâce notamment aux résultats des anciens vététistes chez les pros sur la route), partagez-vous cette vision et incitez-vous les jeunes de votre club à s’essayer aux 2 pratiques ?
En effet, elles sont complémentaires et nous essayons de faire pratiquer les 2 disciplines à tous nos jeunes. Il est tout à fait possible de faire les 2 et cela fonctionne plutôt bien.
Pour moi, la route est beaucoup plus médiatisée, avec le Tour de France notamment. Il y a rarement de VTT à la télé.
Au départ, les jeunes vététistes ont plus une pratique de loisir puisqu’ils sont habitués à faire des balades ou des randonnées. Il est donc difficile de leur parler de technique au début, mais au fur et à mesure, on y parvient.
 
Que diriez-vous à un club de cyclisme traditionnel qui réfléchirait à ouvrir une section VTT ?
Je ne peux que les inciter, surtout pour les clubs qui sont déjà bien structurés. J’en discute d’ailleurs avec certains.
Ce qui est important, c’est de bien réfléchir à l’encadrement en amont. En dehors de cette contrainte, je ne vois que des choses positives. Contrairement à la route, il y a beaucoup moins de difficultés avec les véhicules, nous sommes bien plus tranquilles dans les bois.
Je constate qu’il y a une forte demande, en tout cas autour d’Angoulême, et notamment chez les jeunes puisqu’ils sont très nombreux à pratiquer en loisir.
Et puis, il y a toujours la possibilité d’amener certains à pratiquer la route par la suite. En effet, après la catégorie cadet qui est la limite d’âge dans les TRJV, il n’y a plus beaucoup de compétition en VTT. Donc la route, qui propose plus de compétitions de proximité, peut permettre de fidéliser les licenciés.
Côté organisation d’épreuves, si nous devions faire une comparaison entre le VTT et la route, que diriez-vous ?
En VTT, c’est le balisage qui est le plus compliqué et qui prend beaucoup de temps. La visibilité des partenaires est aussi moindre. En effet, sur la route, les banderoles sont au cœur des municipalités et donc très visibles alors qu’en VTT, dans les bois, elles ont moins d’impact.
A contrario, en VTT, il faut beaucoup moins de signaleurs. Nous n’en avions que 4 sur notre épreuve alors que sur la route, il en faut à chaque carrefour. Au niveau sécurité, les épreuves route sont plus contraignantes.
Au niveau administratif, il n’y a pas de différence majeure entre les deux types d’organisation.
                                                                                 
Vous avez une section VTT, une section Route, à quand une section BMX ?
C’est en projet depuis quelque temps déjà. Le terrain proposé par la Mairie est toujours disponible et la municipalité de La Couronne est toujours favorable à ce projet. Maintenant, il y a un problème de coût et la Mairie ne peut pas supporter ce projet à elle seule. Et comme les subventions des autres collectivités tendent à diminuer, ce ne sera pas simple. Mais nous y croyons tout de même !

Dates du club
à retenir

01 mai
TRJV à La Couronne
15 mai
Champniers (1-2-3-J-PC Open)
05 juin
Ecoles de Vélo VTT (épreuve de promotion ouverte à tous)
24 juin
Nocturne (1-2-3-J-PC Open)
11 septembre
Tour de la Boëme (Minimes et Cadets)

Commentaires

Nh'ésitez pas à laisser votre avis
(aucun)
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer