05 49 29 69 69 - Contact

Entretien avec Mathias LE TURNIER

Mathias, tu as remporté début Juillet le classement général du Tour de Mareuil, Verteillac et Ribérac, Coupe de France Espoirs, est-ce que c’était un objectif pour toi ?
Oui, car cette course arrivait à la fin d’un gros cycle de compétitions et avant une grosse coupure pour pouvoir enchainer sur le reste de la saison. C’est une course difficile et avec un contre la montre individuel donc cela me correspond bien.
 
Plus de 2 années après ton dernier succès, quel est ton ressenti après cette victoire ?
Cette victoire représente pour moi la récompense de mes efforts effectués depuis les rangs Juniors.
 
Tu avais commencé la saison en forme (2ème au circuit de l’Essor, 8ème de Châteauroux-Limoges, 7ème du Grand Prix Bousquet…) puis tu as retrouvé ton meilleur niveau au mois de Mai sur la Ronde de l’Isard, comment expliques-tu cela ?
J’ai effectivement vécu un mois d’avril mauvais à cause d’une grippe. Et puis j’avais comme véritable objectif la Ronde de l’isard, sur laquelle je suis parvenu à arriver en forme.
 
La Ronde de l’Isard justement, après ta 15ème place au classement général en 2015, quel était ton objectif en 2016 ?
J’avais pour objectif un TOP 5 au classement général afin de montrer que je faisais partis des meilleurs grimpeur français dans la catégorie Espoir.
 
Au vu du déroulement de l’épreuve, ta seconde place te satisfait complètement ou tu nourris des regrets ?
C’est une satisfaction car malgré mes ambitions au départ, je n’avais absolument pas imaginé pouvoir jouer la victoire sur le général, tant le niveau ma paraissait élevé en 2015. C’est vrai que je fais 2e à seulement 6 secondes du vainqueur mais après réflexion, je me dis qu’il faut apprécier la performance réalisée et nourrir d’autres ambitions sur les prochains gros rendez-vous.
 
Seulement une semaine après cette épreuve de montagne, tu t’es classé 2ème au classement général d’une autre « Classe 2 » : le Tour de Gironde, sur des parcours bien différents. Est-ce que tu t’y attendais ?
Non, absolument pas. Là pour le coup c’est une vraie surprise, contrairement à l’Isard où j’avais des objectifs. Mais ce sont des routes que je connais bien, et je bénéficiais encore d’une très bonne condition à la sortie de l’Isard.
 
Au final étais-tu satisfait de ce résultat ?
Oui, ce fut un grand plaisir d’être à ce niveau-là sur le Tour de Gironde, le norvégien qui remporte le classement général possède 58 secondes d’avance, donc il était « inaccessible » tandis que je sauve ma 2e place pour 4 petites secondes. Donc oui on peut dire que c’est une grande satisfaction même.
 
Avec ces résultats, tu étais légitimement l’un des favoris pour le titre de champion régional le 05 Juin dernier à Chef Boutonne, surtout après ta 2ème place de l’année dernière. Est-ce que le titre était un objectif ? Es-tu déçu de ta 5ème place ?
Non je n’avais pas d’objectif particulier sur ce championnat, tout simplement parce que l’on ne peut pas avoir toutes les courses comme objectif, il faut faire des choix. De plus je sortais d’un gros bloc de course par étapes alors j’étais un peu fatigué ce jour-là.
 
Tu portes de nombreux maillots cette saison : celui de ton club, l’Angoulême VC, de ta structure de DN1, l’Océane TOP 16, celui du comité Poitou-Charentes mais aussi celui de l’équipe de France ! Tu reviens d’ailleurs d’un stage « montagne » du 25 au 29 juillet avec l’équipe Espoir : est-ce pour toi un aboutissement ou le début de quelque chose ?
C’est surtout le début d’une préparation en vue du tour de l’Avenir, j’ai porté pour la première fois les couleurs tricolores à l’occasion du Tour des Pays de Savoie en 2015, je reviens donc en équipe de France pour disputer le Troféo Almar en Italie, puis le Tour de l’Ain, course professionnelle du 10 au 13 Août, puis en point d’orgue le Tour de l’Avenir, du 20 au 27 août.
 
Avec tes brillants résultats tu deviens important et légitime dans chacune des structures, connais-tu ton programme à venir pour la suite de la saison ?
Pour le mois d’août ce sera donc le Troféo Almar (Italie), la 3ème manche de Coupe de France Espoir à Montpinchon, le Tour de l’Ain et le Tour de l’avenir.
Pour le mois de septembre je ne connais pas encore mon programme car je serais stagiaire au sein de l’équipe Cofidis.
 
On a appris que tu allais être stagiaire à la fin du mois de Juillet effectivement. Comment es-tu rentré en contact avec l’équipe Cofidis ? À quel moment sont-ils venus vers toi ?
C’est eux qui m’ont contacté via leur entraineur Vincent VILLERIUS juste après la Ronde de l’Isard. Et depuis nous avons gardé une communication régulière.
 
Pour avoir un ordre d’idée, un coureur Espoir 3ème année comme toi possède combien de jour de courses à la fin de la saison ?
Une saison comme celle-ci je devrais comptabiliser entre 60 et 65 jours de course.
 
Pour combien de kilomètres au compteur finalement, entre entrainements et compétitions ?
A la fin de l’année je pense avoir environ 25 000 kilomètres. Il faudra faire les calculs en fin d’année mais cela devrait donner environ 10000 km en course et 15000 à l’entrainement. Cela est possible en 2016 pour ma première saison où je ne fais que du vélo.
 
Pour la suite de ta carrière, as-tu une vision sur le moyen ou long terme ?
Je vais être stagiaire dans l’équipe Cofidis dans un futur proche. J’espère y décrocher un contrat pour 2017 maintenant. Sinon je repartirai dans une nouvelle année en amateur pour ma 4ème et dernière année dans les rangs Espoirs.
 
Pour finir, quelle est la course ou l’épreuve qui te fait vraiment le plus rêver ?
Je vais disputer le Tour de l’Avenir prochainement et il est vrai que c’est une des plus belles épreuves pour les coureurs Espoirs.
 
Et ton rêve en dehors du cyclisme pour les années futures ?
J’aimerais pouvoir voyager aux quatre coins du monde…
 

Commentaires

N'hésitez pas à laisser votre avis
(aucun)
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer